Contactez-nous!
021 861 35 10
info@musicoss.org

D’Alpes à lacs: à la découverte des compositeurs suisses

par École de Musique de Cossonay, Harmonia Helvetica, Écoles de Cossonay-Penthalaz,

Vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 décembre 2017

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour consulter le programme détaillé:

Et cliquez ici pour voir la liste des chansons du concert du 3 décembre!

(et cliquez sur l’affiche ci-contre pour la voir au complet)

 

Au-delà des clichés, la musique suisse, ancienne et contemporaine, reste largement méconnue. Elle sera à l’honneur lors d’un week-end de trois jours sur le site du Pré-aux-Moines à Cossonay. Souvent muet et reposant dans des bibliothèques, cet immense patrimoine sera valorisé par des concerts, des masterclass, une table ronde, et des présentations de recherche musicologique.

Le vendredi 1er décembre sera dédié à une présentation ludique et originale pour les classes des élèves de 7ème et 8ème année des écoles de Cossonay-Penthalaz. Le samedi matin 2 décembre, des masterclass seront données par Marie Luce Raposo (harpe), Catherine Pillonel Bacchetta (chant), Joachim Forlani (clarinette) et Adalberto Riva (piano). Puis, à 17h30, une table ronde sur le thème «La musique suisse: existe-t-elle?» réunira les musicologues Jacques Tchamkerten (responsable de la bibliothèque du Conservatoire de Genève), Verena Monnier (responsable des archives musicales de la BCUL), Irène Minder Jeanneret (initiatrice du Dictionnaire de la musique en Suisse), et Delphine Vincent (maître d’enseignement et de recherche en musicologie à l’Université de Fribourg). Le débat sera ponctué par de petites interventions musicales par des élèves harpistes.

Samedi 2 décembre (Théâtre du Pré-aux-Moines, 20h), un concert entièrement dévolu à la musique suisse viendra conclure cette riche journée, avec la participation du pianiste Adalberto Riva, de la mezzosoprano Catherine Pillonel Bacchetta et de la harpiste Marie Luce Raposo. Le programme mettra à l’honneur des œuvres composées entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle par émile Jaques-Dalcroze, Hans Huber, Rudolph Ganz, ansi que des mélodies de Gustave Doret et Otmar Schoeck, sans oublier les compositeurs contemporains tels que Julien-François Zbinden et Michel Hostettler. Ce dernier a d’ailleurs chaleureusement accepté de parrainer ce week-end musical.

Dimanche 3 décembre (Théâtre du Pré-aux-Moines, 17h), un second concert réunira les chœurs d’enfants l’Accroche-Cœur des Écoles de Cossonay-Penthalaz (direction Nathalie Erbeau et Laetitia Depraz) et Musique en chœur de l’École de Musique de Cossonay (direction Elodie Wulliens), entourés par Jérémie Stricker à la percussion, Jacques Saugy à la guitare et François Pidoux à la contrebasse. Un tour d’horizon de la musique suisse en chansons!

Le comité d’organisation a réuni pour la première fois l’Association Harmonia Helvetica (Roger Hermann et Adalberto Riva), l’École de Musique de Cossonay (Corinne Noth, Nicole Chanson et Elodie Wulliens) et l’Établissement primaire et secondaire de Cossonay-Penthalaz (Nathalie Erbeau et Laetitia Depraz), dans un joyeux enthousiasme pour donner de la voix à l’immense patrimoine de la musique suisse.

Découvrez le nouveau site de l’Association ​Harmonia Helvetica

 

​Biographies des intervenants:​​

Primé au 57e Concours International de l’ARD à Munich, Joachim Forlani est régulièrement appelé comme première clarinette solo au sein de divers orchestres suisses et européens. Le public a pu l’entendre en soliste avec l’Orchestra di Padova e del Veneto, l’Orchestre Philharmonique de Freiburg im Breisgau, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, entre autres. Passionné de pédagogie et d’écriture, il est aussi très sollicité comme professeur, arrangeur et compositeur par divers ensembles et institutions de la région lémanique. Il est l’auteur de pièces de musique de chambre, de mélodies pour soprano, ainsi que de très nombreuses fantaisies et transcriptions pour son instrument. Plus d’infos.
Irène Minder-Jeanneret est musicologue et titulaire d’un CAS en études genre de l’Université de Lausanne. Elle joue du violon depuis près de 50 ans. Elle a défendu une thèse de doctorat à l’Université d’Oldenbourg (Allemagne) sur la compositrice et pianiste genevoise Caroline Boissier-Butini et la vie musicale à Genève au début du 19e siècle. Ses autres publications concernent elles aussi la musique en Suisse avant tout. Dans ses recherches, elle privilégie l’approche de l’histoire culturelle, qui comprend tout naturellement une dimension genrée. Ancienne présidente du Forum musique et femmes suisse et membre de la Société suisse de musicologie, elle est l’initiatrice d’un Dictionnaire en ligne de la musique en Suisse qui doit voir le jour dans les dix ans à venir.
Verena Monnier étudie le piano et l’orgue à la Haute École de Musique de Würzburg (Allemagne). Elle est également licenciée ès lettres de l’Université de Fribourg-en-Brisgau, ayant consacré son mémoire à l’œuvre de piano du compositeur américain Charles Ives. Depuis 2010 elle est responsable des archives musicales de la BCU – Lausanne.
Après ses études de chant, achevées au Conservatoire de Lausanne sur un prix de virtuosité en 2001, Catherine Pillonel Bacchetta a remporté diverses bourses et concours et perfectionné sa formation auprès de Laura Sarti, Christa Ludwig, Hugues Cuénod, James Bowman et Luisa Castellani, ainsi qu’en stage à Berlin auprès de Dietrich Fischer-Dieskau. Elle se produit régulièrement en qualité de soliste, en concert, en récital ou dans l’oratorio, où sa collaboration avec M. Corboz lui a permis de prendre part à de nombreux festivals et concerts d’envergure internationale. Dans le domaine lyrique, elle a notamment interprété Didon («Didon & Enée» de Purcell), Dorabella («Cosi Fan Tutte» de Mozart), Orphée («Orphée & Eurydice» de Gluck), et a participé à plusieurs créations de compositeurs suisses. Depuis 2007, Catherine Pillonel Bacchetta enseigne le chant au Conservatoire de Lausanne. Plus d’infos.
Marie-Luce Raposo-Challet débute la harpe à l’âge de 8 ans, puis poursuit ses études à la Haute École de Musique de Lausanne. Elle y obtient un Diplôme d’Enseignement en 1993 et en 1996 un 1er Prix de Virtuosité avec les félicitations du jury. Elle gagne en 1995 le Prix Friedl-Wald Stiftung. Passionnée par l’enseignement, elle s’intéresse aux pédagogies différenciées qu’elle adapte à son instrument. Très jeune, elle est nommée professeur de musique à l’École Vinet de Lausanne, puis en 1993 professeur de harpe au Conservatoire du Nord-Vaudois. Depuis 1996, elle enseigne à l’École de Musique de Cossonay. Avec le Quatuor Harpège, elle donne pendant 15 ans des concerts en Suisse et en Europe, crée des œuvres originales et enregistre un CD. Harpiste à l’Orchestre Symphonique et de Chambre de Neuchâtel jusqu’en 2007, elle se produit désormais avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre Symphonique de Bienne et l’Orchestre des Jardins Musicaux, ainsi qu’avec des chœurs suisses et français. Depuis 2015, elle forme un duo avec le flûtiste Jean-Luc Sperissen.
«Riva est un pianiste fantastique» (American Record Guide). Adalberto Maria Riva est lauréat du Conservatoire de Lausanne et passionné de recherche sur les compositeurs oubliés. Son activité de concertiste et pédagogue l’a amené dans différents pays d’Europe et plusieurs fois en Amérique du Nord. Son répertoire s’épanouit de Bach à la musique contemporaine et ses nombreux enregistrements ont reçu d’excellentes critiques dans la presse internationale (The Guardian, American Record Guide, Gramophone, Deutsche Presse, Revue Musicale Suisse, Suonare News, etc). Membre fondateur d’Harmonia Helvetica, il est régulièrement invité à se produire sur Espace 2. Plus d’infos.
Après avoir travaillé l’orgue avec Pierre Segond au Conservatoire de Genève, Jacques Tchamkerten entreprend l’étude des Ondes Martenot auprès de Jeanne Loriod, dans la classe de qui il obtient une médaille d’or à l’unanimité au Conservatoire de Saint-Maur (France) en 1986. Depuis lors, il s’est produit dans une dizaine de pays européens, tant avec orchestre qu’en formation de musique de chambre. Il a également fait partie, de 1990 à 1996, du Sextuor Jeanne Loriod, ensemble de six ondes Martenot. Responsable de la Bibliothèque du Conservatoire de Musique de Genève, il poursuit également une activité dans le domaine musicologique. Il a publié des monographies consacrées à Arthur Honegger, Émile Jaques-Dalcroze et Ernest Bloch, et de nombreux articles sur la musique en Suisse romande au début du XXème siècle ainsi que sur la musique française des XIXème et XXème siècles. En 2011, il s’est vu décerner le prix de la Fondation Pierre et Louisa Meylan pour l’ensemble de ses travaux.
Delphine Vincent a accompli ses études universitaires à Lausanne, Genève et Fribourg, où elle a obtenu un Doctorat en musicologie. Elle est maître d’enseignement et de recherche en musicologie à l’Université de Fribourg. Spécialiste des relations entre musique et moving images (musique de film, opéra filmé, concert filmé), elle a notamment publié Musique classique à l’écran et perception culturelle (L’Harmattan, 2012) et dirigé le volume Verdi on screen (L’Âge d’homme, 2015). Ses recherches portent également sur les musiques française et romande des XIXe et XXe siècles. Dans ce domaine, elle a récemment publié «De l’âme à la plume»: les lettres de Charles Gounod à la duchesse Colonna, dite Marcello (Peter Lang, 2017) et prépare l’édition des actes du colloque, tenu à l’Université de Fribourg en 2016, Mythologies romandes: Gustave Doret et la musique nationale (Peter Lang, à paraître), ainsi qu’un ouvrage consacré à quelques compositeurs dont les fonds sont déposés à la Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne (Bovet, Bovey, Hostettler, Matter, Rydin, Vincent).